SORTIE PHOTO - Sisteron 02-2018

 

02/2018 – SORTIE PHOTOS A SISTERON

12 d'entre nous ont fait le court déplacement à SISTERON. C'est une belle ville qu'on évite un peu trop depuis que l'autoroute nous précipite plus vite et plus nombreux sur les pistes de ski. Cette idée est à l'actif de Bruno M qui malheureusement n'a pas pu nous accompagner.

Sans prétendre faire un historique de la ville, de tous temps important lieu de passage, rappelons qu'elle a été traversée par Napoléon pendant son rapide trajet entre sa prison de l'île d'Elbe et son second mandat d'Empereur. C'était en 1815. Quelques 2000 ans avant, une autre immense célébrité avait peut-être traversé Sisteron, accompagné d'éléphants. Vous avez reconnu Hannibal. Les éléphants, pas de doute. Le trajet c'est une autre affaire. Il y a plus de dix théories. Et pour finir par la petite histoire, bien plus récente, le remarquable écrivain manosquin Pierre Magnan fait de Sisteron le théâtre de son roman « le secret des andrones », référence aux rues en escalier typiques de la Haute-Provence.

Notre groupe démarre par le traditionnel café puis s'égaie dans le vieux centre-ville. Beaucoup commencent par grimper jusqu'à la magnifique citadelle qui surplombe la ville et domine la cluse de la Durance. Peu professionnel, votre animateur n'avait pas vérifié si la citadelle était ouverte en hiver. Vous devinez la réponse, mais personne ne lui en a tenu rigueur, preuve si besoin était de la bonne ambiance à Arc-Images. Il est vrai que le parcours autour des fortifications, des remparts et des tours est magnifique tant pour la construction militaire que pour le panorama sur les Alpes et la Durance. La citadelle a été aménagée en de nombreuses périodes entre le XIIe et le XVIIe et l'inévitable Vauban avait de grands projets d'amélioration dont une infime partie a pu voir le jour. Quand on lit sur Internet que la citadelle a été fortifiée par Vauban, c'est très exagéré.

Dans la vieille ville très commerçante, il faut évidemment admirer la tour de l'horloge et son campanile face aux trois tours crénelées, vestiges de l'enceinte. Ces tours ont été épargnées lors de la destruction de l'enceinte grâce à Prosper Mérimée dont Arc-Images avait aussi pu constater l'action bénéfique à Simiane-la-Rotonde. Il faut surtout flâner dans les andrones étroites, pentues, surplombées d'arcs-boutants parfois cintrés. L'une descend jusqu'aux berges de la Durance où l'on peut admirer la citadelle en contre-plongée. On y admire également le fameux rocher de la Baume qui constitue la rive gauche du verrou de Sisteron, admirable avec des bancs calcaires redressés à la verticale. Je signale une belle randonnée à faire dans la grotte du trou de l'Argent. Mais c'est une autre affaire. J'imagine que c'est cette cavité qui a donné son nom au rocher de la Baume.

Le rocher de la Baume s'admire aussi depuis la ville et depuis la citadelle, mais c'est au bord de la Durance qu'on ressent le mieux sa grandiosité.

En fin d'après-midi, sur suggestion de Jeanne J nous nous dirigeons vers le village abandonné de Saint-Symphorien. Mais finalement, peu enclins à une marche de 30 minutes au coucher du soleil, nous en sommes restés à la visite du pont d'accès, d'ailleurs très beau. Normal, c'est le pont de la Reine Jeanne.

7 ont pu participer activement à la projection organisée le 23 février et 3 autres ont envoyé des photos. En voici une sélection.


Gérard DEGOUTTE

 

 

 

 

 

Haut de page