SORTIE PHOTO - Porquerolles 06-2017

 

06/2017 – SORTIE PHOTOS A PORQUEROLLES

Le 16 juin 2017, nous avons une sortie photos sur l'île de Porquerolles encadrée par un photographe professionnel aixois, Marc Heller. Marc est aussi pilote d'avion, et a développé une expertise en photo aérienne. Il s'est fait largement connaître en participant en 2015 aux émissions « Thalassa » et « Des racines et des ailes ». Il connaît bien Porquerolles pour avoir réalisé en 1989 le relevé des fortifications des îles d’Hyères, éd. Itinéraires du Patrimoine. Il y a 6 forts sur l'île et ce sera le fil rouge de la journée, même si nous ne nous dédaignerons pas les côtes découpées et autres plages.

Nous nous rendons à Porquerolles non pas en avion mais tout banalement par la navette bateau. Notre petit groupe était fort de 9 membres d'Arc-Images qui ont suivi Marc plus trois épouses en programme libre.

À peine sortis du bateau, fidèles à la procédure, nous nous sommes tous retrouvés au café à l'Escale pour échanger sur le programme de la journée photo. Puis nous avons loué des vélos normaux ou électriques. Les vélos sont indispensables si l'on veut voir divers coins de cette île en un seul jour.

Le premier objectif est le fort des Mèdes sur la pointe des Mèdes au Nord Est de l'île. Nous y arrivons en suivant la sympathique route Nord qui longe les plages et criques, et qui se termine par un bon raidard. Il y a deux batteries sur ce fort. La batterie basse la plus ancienne date du début du XIXe siècle. On peut voir les restes des fixations de canons et une guérite circulaire très photogénique qui devait abriter les serveurs de la batterie. La batterie haute des Mèdes dite maison de Schtroumfs vu sa forme en champignon a été construite entre guerres pour défendre Toulon. Mais nous n'y sommes pas allés. Le fort lui-même n'est pas fermé. Il date de 1840 et a deux niveaux l'un pour loger les servants, l'autre qui abritait les magasins. Il n'avait pas de rôle défensif, c'est plus un cantonnement qu'un fort. Les couloirs qui relient des pièces ouvertes au Nord sont très sombres et les ouvertures aux deux extrémités procurent des éclairages intenses. Situation idéale pour s'entraîner à bien gérer la lumière, aidés par les recommandations de Marc.

En quittant le fort, un gabian râleur nous montre qu'il n'a pas peur de 10 touristes même armés de Canon ou autres Nikon. Mais du coup, trop facile de le mitrailler pacifiquement.

Retour vers l'Ouest (obligé !). Nous allons pique-niquer sur la plage Notre-Dame devant la maison de la Treille, plus connue sous le nom de maison de Pierrot le Fou. Eh oui, c'est là qu'en 1969 Jean-Luc Godard a tourné une partie de son film, devenu culte, avec Jean-Paul Belmondo et Anna Karina. Nous sommes devant les vestiges d'un petit débarcadère où Jean-Paul écrit pendant qu'Anna traîne son ennui sur la plage en répétant à l'envi « J'sais pas quoi faire, mais qu'est-ce que j'peux faire... ». Le débarcadère n'a pas beaucoup changé depuis 1969. Mais la maison si, vous en jugerez sur les photos. Quant à la plage Notre-Dame, elle a été désignée rien moins que plus belle plage d'Europe par European Best Destinations en 2015.

Maintenant repus, nous continuons vers l'Ouest et faisons escale au fort de l'Alycastre commandité par Richelieu dans les années 1630. C'est un bel ouvrage à tour carrée entouré d’une enceinte originale en étoile et muni d'un pont-levis. Fermé au public, mais on peut en faire le tour et trouver l'éclirage qui se prétait bien à des photos en contre-plongée.

Nous reprenons nos vélos jusqu'à la pointe Ouest de l'île vers le fort du Grand Langoustier sur la presqu'île du Langoustier.

Construit durant la première moitié du XVIIe siècle, ce bâtiment à tour carrée avec ses chemins de ronde  a du caractère. Sur les chemins de ronde, Marc nous montre des dessins de bateaux gravés il y a des siècles que l'on s'essaie à capter. Ce fort, malheureusement fermé a été magnifiquement restauré en 2014 avec un enduit ocre conforme à celui d'origine, que ce soit en couleur ou en composition (chaux et brique pilée).  Nous continuons à pied jusqu'à la plage noire du Langoustier, petite crique qui donne sur le large. Puis les vélos nous ramènent au village de Porquerolles par la route de l'intérieur.
À propos de vélo, les engins loués sont assez mal réglés et cela explique ma progression poussive, enfin c'est ce que j'aime à croire. Faut être fou pour faire du vélo sur des routes en montagne russe avec des collègues qui roulent à l'électrique, the fingers in the nose et avec des fous furieux du vélo de route ou du VTT qui allaient encore plus vite que les motorisés.
Au retour, bière et débrief à l'Escale avant de reprendre le bateau. Nous décidons sur proposition de Bernard D de faire des travaux pratiques de développement avec Lightroom.  Ce fut chose faite le 3 juillet.

De retour, Marc a gentiment indiqué sur son site « Journée géniale de photographie à Porquerolles avec quelques personnes d'ARC Images » en accompagnant ce commentaire flatteur de photos dont quelques-unes sont jointes ici avec les nôtres. Un très beau temps, des paysages somptueux, un pique-nique avec Anna Karina (par la pensée), du sport (pour certains) suivi de la meilleure bière du monde, elle est pas belle la vie ?

 

Gérard degoutte,

 

 

 

 

Haut de page