SORTIE PHOTO - La Ciotat 2016

 

 LA ciotat 10-2016

Compte-rendu sortie à La Ciotat du 26/10/2016

Bruno a eu la bonne idée de proposer une sortie à La Ciotat avec pour thème des photos de bord de mer, jour et nuit. Il nous a envoyé des conseils bien judicieux pour les photos de nuit. Un mot préalable sur les conditions de lumière. Bruno avait hésité à maintenir la date, les prévisions étant fluctuantes. Finalement nous n'avons pas eu de pluie, mais la lumière n'était pas excellente avec une ambiance un peu brumeuse.
Nous nous retrouvons à 9 à 11h00 à la sortie d'autoroute de la Ciotat, remarquablement à l'heure (Guilaine, Bruno, Monique, Denis, Eugène, Sylvie B, Daniel, et moi). Nous partîmes 9, mais par un prompt renfort, nous nous vîmes 11 en arrivant au port (Babeth, Anne-So). Claude, qui devait bailler aux corneilles, nous a rejoint l'après-midi, et nous sommes aussitôt passé de Ocean Eleven à Ocean Twelwe. Pour ne pas me créer d'ennui, je ne dirai pas qui est Brad Pitt et qui est Julia Roberts ; quant à Mister Georges, ce ne peut-être qu'un amateur de café, what else ?

Le programme avait été concocté par Bruno avec mon assistance, ayant vécu enfance et adolescence à La Ciotat.
Histoire de nous mettre dans l'ambiance de cette ville si longtemps marquée par son énorme chantier naval, puis si longtemps traumatisée par sa fermeture en 1987, nous visitons l'exposition "histoire des chantiers" sur le port. Exposition bien sympathique mais qui manque visiblement de moyens pour être à la hauteur du sujet.

Ballade à la calanque de Figuerolles. C'est un lieu franchement superbe avec cette anse abritée, son îlot rocheux et la pittoresque pointe des Capucins. Pour moi, dont l'impartialité est légendaire, cette calanque vaut largement celles de Cassis à Marseille. Mais Lamartine l'a dit avant moi, infiniment mieux. Le rocher des Capucins (ou rocher à la tête de chien), avec celui du bec de l'aigle et l'île verte constitue les trois fleurons de La Ciotat. On est au royaume du poudingue, galets cimentés par du grès, et qui donne toujours grâce à l'érosion, des formes originales et surprenantes. Le mot poudingue a été piqué aux anglais, célèbres pour leur gastronomie et leur pudding, mot qui vient du français boudin...
Pique-nique sur la plage de galets de Figuerolles, sans boudin ni pudding. Et sans alcool, une fois n'est pas coutume.

Après-midi : balades sur le port vieux, l'église ND de l'Assomption (et ses fresques dues au peintre ciotaden Ganteaume), la belle placette Sadi Carnot derrière l'église à l'extrémité de la rue Pirrodi (en hommage à un lointain parent d'Eugène, le monde est petit). Nous y posons nos pas pour prendre un pot. Montée de la rue des Poilus, la rue commerçante prisée des Ciotadens jeunes ou anciens.
Ballade sur le front de mer au Cinéma Théâtre de l'Eden, la plus vieille salle de cinéma au monde, encore en service (1899). Elle a été superbement restaurée et réouverte en 2013. Je vous conseille d'aller y voir une séance pour découvrir cette salle restée la même depuis mon enfance. J'y pense trop tard, j'aurais pu vous la montrer en madeleine de Proust. Les frères Lumière, inventeurs du cinématographe, ont tourné beaucoup de films à La Ciotat, dont l'arrivée du train en gare de La Ciotat et l'arroseur arrosé. On peut voir aux jardins de la ville une statue de l'arroseur arrosé, fidèle au film.
A deux pas de l'Eden, un autre haut lieu de La Ciotat, la chapelle des Pénitents bleus qui accueillait ce jour une exposition  "Visions et empreinte de lumière de Françoise Nunez et Bernard Plossu". Certains ont bien apprécié cette expo, d'autres pas du tout. Normale diversité des goûts et des attentes de chacun.

Ensuite, nous allons jouer très fin. La mission, si vous l'acceptez, est de vous trouver tous au poste de tir en haut de la route des crêtes pour le coucher du soleil, prévu à 18h32 (notons que cette prévision là a été respectée). Bien mitrailler en direction de la mer, de Cassis et de la ligne d'horizon. Puis remballer les armes, regagner le port distant de 10 km, se garer, investir les quais, remettre les armes en position de tir, avant l'heure bleue prévue à 19h11. Eh bien, cette mission impossible a été accomplie par les drôles de dames et les hilarants messieurs.
Sur la route des crêtes pour profiter des couchers de soleil, qui savent parfois être féériques sur cette falaise du cap Canaille (vieille canaille, je précise), la plus haute falaise maritime d'Europe (394 m). C'est l'information donnée maintes fois par mes parents et instituteurs. Guilaine a brisé ce rêve en me faisant constater qu'en Irlande les falaises de Sleave League culminent à 666 m, fichtre ! J'ai aussi trouvé sur Internet Cabo Girao aux îles Madère avec 580 m. J'ai arrêté mes recherches avant de déprimer, et j'en conclus que le cap Canaille est la plus haute falaise maritime d'Europe continentale ou au moins de France.
Nous faisons quelques belles photos de coucher de soleil rougissant, mais pas exceptionnellement rougissant. Il fut quand même possible de capter quelques beaux nuages bien roses et bien noirs vers 18h40 durant 1 minute ou 2.
On file alors fissa en ville pour faire des photos au port pendant l'heure bleue. A ma grande honte, c'était ma première série de photos pendant l'heure bleue, et j'ai adoré. Des mauvaises langues, n'est-ce pas Brrrr, prétendent que c'est parce que je préfère l'heure jaune...

Repas de soir. Ils sont venus, ils sont tous là, même ceux du sud de l'Italie, au restaurant La Mamma. Menus de qualité selon moi. De bons vins signalés par la carte sont restés à la cave vu leurs prix. Triste journée avec deux repas sans vin. Heureusement, l'ambiance fut comme toujours excellente. Et voila donc de quoi clouer le bec (de l'aigle) à certaines rumeurs : nous pouvons bien rigoler, même sans picoler. Oui, mais ... c'est rare.

 

 

 

Haut de page