SORTIE PHOTO - Marégraphe 2016

 

 MAREGRAPHE 04- 2016

VISITE DU MAREGRAPHE à MARSEILLE, AVRIL 2016
Pour nous marée un peu, nous avons décidé de visiter le marégraphe de Marseille, sur proposition de Robert Bartoloni, qui s'en est longtemps occupé professionnellement. Il est situé sur la Corniche.

Nous étions 15 le matin, plus  Françoise S qui est passée l'aprem, ce qui lui a permis d'arriver à marée basse. Nous avons accédé à la Corniche en venant de l'est afin d'éviter une manifestation sur le Vieux-Port, loi travail oblige.
Le marégraphe de Marseille a été installé dans l'anse Calvo à Endoume en 1883 pour enregistrer le niveau de la mer et pour définir le niveau zéro pour la France continentale (NGF), ce qui a été fait après 12 années de mesure. C'est ce qui explique que cet équipement maritime ait été confié à un organisme "terrestre", l'IGN, alors que les autres marégraphes sont gérés par le SHOM de la marine (sigles à la fin).

Un puits vertical est connecté à la mer par une petite galerie horizontale et permet de suivre les mouvements de la mer par un flotteur et un câble. L'appareil installé à l'époque est un chef d'oeuvre d'horlogerie, le bijou de ce lieu. Un stylet trace le mouvement de la mer sur un papier enroulé sur un cylindre mû par cette horlogerie. Le marégraphe de Marseille, comporte un totalisateur mécanique, unique au Monde, qui donne le niveau moyen sur un pas de temps donné (journée, ...). Cela évitait à l'époque de lourds calculs arithmétiques ou bien des mesures géométriques sur papier, plus rapides mais moins précises.

Depuis 1998, un télémètre à onde radar permet un enregistrement continu. Mais l'appareil d'origine est toujours opérationnel et l'IGN a vérifié sur une période de recouvrement que les deux instruments donnent les mêmes enregistrements.

Les enregistrements sur papier sont très soigneusement conservés et ont été numérisés par l'IGN et le SHOM. Aujourd'hui, il n'y a plus de technicien en permanence sur place, mais un agent de l'IGN vient d'Aix faire un relevé toutes les semaines.

 Pour finir sur la marégraphe, un grand merci à Robert pour cette intéressante initiative. Merci à son collègue Michel Rondet d'avoir co-encadré notre visite. Bravo à l'IGN de prendre le soin de maintenir à flot un remarquable équipement scientifique tout en respectant les appareillages anciens, qui méritent notre admiration aussi bien pour leur ingéniosité que pour leur esthétique. Merci enfin à Alain Coulomb responsable à l'IGN de ce phare à l'envers (comme il dit) et qui a autorisé notre visite.

 Le marégraphe de Marseille dispose d'autres équipements modernes (GPS permanent, gravimétrie) et a acquis une reconnaissance internationale.

 Au bilan, j'ai été personnellement enchanté de découvrir cet élément méconnu du patrimoine national. Et si j'osais, je dirais que l'on mesure visiblement mieux les niveaux d'eau à Marseille qu'à Paris, référence aux dernières inondations... Mais je ne le ferai pas car il faut bien reconnaître que la mesure en rivière est autrement plus difficile.

Etant en si bon lieu, l'un de nous a visité le parc Valmer juste au-dessus et a vu la magnifique villa Valmer. Tous les autres ont décidé de soutenir l'économie locale en déjeunant à la sympathique pizzeria chez Jeannot au vallon des Auffes, profitant de son superbe panorama.

 Et l'aprem, petit parcours pédestre du vallon des Auffes non encore envahi par les touristes, ni même par les supporters de foot (PS on est pendant l'Euro de foot). Et pour certains, petite ballade au Vieux-Port et aux Arcenaulx, quartier qui reste chargé d'histoire malgré le comblement du canal en 1925 (et grâce à l'heureuse suppression du parking en 1987).
 
SIGLES :

IGN, sigle conservé de l'ancien Institut Géographique National devenu début 2012 l'institut national de l'information géographique et forestière suite au regroupement avec l'IFN, Inventaire Forestier National.

SHON, service hydrographique et océanographique de la marine.

 

Haut de page